En marge du lancement de la campagne de parrainage en faveur du candidat de la coalition BBY, M. Macky Sall, le garde des Sceaux, ministre de la Justice, s’est prononcé sur la révocation de M. Khalifa A. Sall de son poste de maire de Dakar, par décret présidentiel. En effet, selon lui, « c’est une révocation qui est tout à fait légale, d’abord, et ensuite, opportune.
Légale pour la simple raison que de beaucoup de Sénégalais ne savent et beaucoup de commentateurs ne le savent pas, la révocation d’un maire n’a rien à voir avec sa condamnation ou non. Le président de la République, d’après le code général des collectivités territoriales, notamment les articles 135 et 140, dès lors qu’il est reproché au maire un certain nombre de fautes…dès lors qu’il y a une inspection administrative, une inspection générale de l’Etat, qui épingle un maire et que le maire soit mis en possibilité d’être entendu ou de donner des explications écrites, le président de la République peut le révoquer » Et d’ajouter «dans l’histoire politique et administrative de notre pays on n’a jamais révoqué un maire en attendant qu’il soit condamné ou non. À chaque fois qu’il a été question d’indélicatesses du maire et que ce maire ait eu la possibilité d’être entendu, s’en est suivie sa révocation. Le Président pouvait révoquer le maire de Dakar depuis longtemps. Il aurait pu le faire dès que le rapport général d’État a été produit. Il ne l’a pas fait, il a préféré ne pas le faire, il ne voulait pas précipiter les choses … Il a attendu que la question de la culpabilité soit définitivement réglée par la dernière juridiction de fond du Sénégal. Il n’y a aucune conditionnalité, aucune relation de cause à effet entre la condamnation et la révocation» a-t-il conclu…


Warning: A non-numeric value encountered in /home/www/senterritoires.com/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here