Spread the love

Le ministre du Développement industriel et des Petites et moyennes industries, Moustapha Diop, a annoncé mardi le bouclage du financement du projet agropole centre dont les travaux vont, dit-il, « démarrer très rapidement ».   « Les financements du projet agropole centre sont bouclés. Nous avons déjà reçu une partie du financement qui est un don du royaume de Belgique. Et le reste de l’enveloppe sera complété par la Banque africaine de développement et la Banque européenne d’investissement », a-t-il indiqué.

« Actuellement, tous les sites ont été sécurisés, il ne reste qu »à lancer l’appel d’offres et commencer les travaux très rapidement », a ajouté Moustapha Diop.

Il s’exprimait à Dya, un village du département de Kaolack (centre) où il visitait les sites devant abriter les modules de l’agropole centre qui couvre les régions de Fatick, Kaolack, Kaffrine et Diourbel.   Il était accompagné du gouverneur de Kaolack, Alioune Badara Mbengue, de l’ambassadeur du royaume de Belgique, Hubert Roisin, et des autorités administratives et politiques de la région.   Il s’était rendu peu avant à Taïba Niassène, dans le département Nioro, où il a rencontré des femmes transformatrices.

Sur place, il a rappelé à la population l’importance de l’agriculture dans la création d’emplois ainsi que l’importance du projet agropole centre.   « Les enseignants tirés de la pandémie de Covid-19 nous ont montré que nous devons compter sur nous-mêmes pour nourrir nos populations. Et pour cela, nous devons assurer notre sécurité alimentaire en produisant beaucoup plus et en transformant nos produits sur place pour créer de la valeur ajoutée et de l’emploi. C’est tout le sens qu’il faudra donner au projet agropole qui est inscrit dans le PAP2A du Plan Sénégal émergent (PSE) », a fait valoir M. Diop.    Il a rappelé que les agropoles sont des zones agroindustrielles visant à mettre en réseau l’ensemble des acteurs de la chaîne agroindustrielle.  

« Les études de faisabilité de l’agropole centre et la structuration du projet nous ont permis d’identifier les filières prioritaires, comme le sel, l’arachide et les céréales qui sont à développer à côté d’autres filières complémentaires », a-t-il signalé.    Moustapha Diop a rappelé que 15 milliards de francs CFA avaient déjà été sécurisés grâce à un don du royaume de Belgique pour le développement de ces projets.  

La Banque africaine de développement (BAD) et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont manifesté leur engagement pour le financement de ce projet avec des montants respectifs de 60 millions USD (plus de 32 milliards de FCFA) et 50 millions d’euros (près de 33 milliards de FCFA), a-t-il indiqué.    Pour l’agropole centre, déclare Moustapha Diop, « il est attendu la création de 19.200 emplois directs d’ici 2027 compte non tenu des filières complémentaires qui vont aussi générer des emplois indirects ».   Dans le cadre d’une tournée entamée depuis quelques jours, Moustapha Diop s’est tour à tour rendu à Fatick, Foundiougne, Kahi (Kaffrine) et Dya (Kaolack), pour visiter les sites devant abriter la plateforme industrielle de l’agropole centre, dont la mise en œuvre constituera, selon lui, « la force motrice de l’industrialisation régionale ».

APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here