« Trop de maires sont menacés de suspension ou de prison » rapportent les maires. Le Président de la République et les députés bénéficient d’une immunité dont ne jouissent pas les maires, qui sont, pourtant, eux aussi élus. Lors de leur rencontre, les maires ont envisagé la possibilité de bénéficier eux aussi de l’immunité et trouver un système de protection pour ne plus que subir les pressions. Les problèmes rencontrés par les Communes en matière d’urbanisme ont été discutés lors de cet atelier que la ville de Morondava a accueilli pendant deux jours (les 27 et 28 septembre). Toutes les Communes héritent des problèmes des précédents administrateurs. Elles rencontrent les mêmes problématiques, le refus de délivrer un permis de construire du fait des différents problèmes rencontrés lors de la demande de celui-ci (fonciers, lois, lenteur administrative, etc.) pousse les constructeurs ou les propriétaires des constructions à suivre la voie illégale. Le laxisme dans l’application des textes par les différentes administrations concernées pèse lourdement sur les communes, alors que la décision de démolition risque de compromettre la popularité de l’élu. Les maires étaient accompagnés de leurs techniciens à cet atelier dont les pratiques sur l’urbanisme et le système intégré et informatisé de la gestion des finances publiques étaient les thèmes. Les relations entre les élus et les représentants du Trésor public ont toujours été houleuses. A tel point que l’autonomie financière des Communes ne semble être qu’un leurre.

Nouveaux membres de bureau
Au niveau de l’association, les membres de bureau pour le mandat 2018-2020 ont été élus. La présidence est assurée par Razanakolona Paul, maire de la Commune Urbaine d’Antsirabe, la vice-présidence par Jean Luc Djavojozara de la CU de Diego Suarez. Harilalaina Irma Juliandres de la CU de Fianarantsoa est la secrétaire générale, Ali Aboudou (maire de Nosy Be) trésorier et Randrianaina Mamy (Fort-Dauphin), son adjoint. L’association compte actuellement une trentaine de membres. En ce qui concerne les élections présidentielles à venir, les maires de l’Association des Maires des Grandes Villes de Madagascar ont pris la résolution de ne pas engager l’AMGVM dans le soutien d’un candidat à la présidentielle. Pour ce qui est des élections communales, les maires soutiennent qu’il est désormais temps que les règles soient respectées. Avant les élections communales, doivent d’abord se faire les élections législatives, provinciales et régionales. Les élections communales se tiendront normalement en 2019.


Warning: A non-numeric value encountered in /home/www/senterritoires.com/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here