Spread the love

L’érection de Keur Massar en département a touché les départements et communes de Pikine et Rufisque notamment. Mais ce redécoupage administratif est aussi réclamé par des Thiessois qui estiment que cela ne devrait logiquement pas concerner que la région de Dakar. Au nom de la «correction des incohérences territoriales» qui sous-tend le décret du 28 mai, publié mardi par le gouvernement, les «ciseaux» devrait continuer jusqu’à d’autres régions comme Thiès où certaines communes souffrent de la même problématique que celles de Dakar. Elles sont, en effet, asphyxiées par leurs voisines du fait des incohérences notées dans les découpages administratifs relevant de la mise en œuvre des phases 1 et 2 de la décentralisation. A Mboro, la seule commune urbaine de toute la zone des Niayes, par exemple, les populations sont étouffées dans une superficie de 310 ha où vivent 30 mille âmes. Elles souffrent de leur isolement à l’intérieur de la commune voisine de Darou Khoudoss qui la ceinture de partout. Erigée en commune à la faveur du découpage intervenu en février 2002, cet ancien chef-lieu de la communauté rurale du même nom s’est vu soustraire une bonne partie de son espace. L’exiguïté de l’espace communal et l’épuisement des réserves foncières font que ces populations vivent dans des conditions exécrables qui ont pour noms, entre autres, un dénuement quasi-total en infrastructures de base, une absence d’unités de stockage et de conservation de produits agricoles adéquates pour une zone largement connue pour ses productions maraîchères conséquentes. Une situation qui pousse souvent les populations à exiger un nouveau découpage en faveur de cette localité nichée sur le littoral atlantique, au nord-ouest de la région de Thiès.

Fandène et la Ville de Thiès
A l’image de Mboro, les trois communes de la Ville de Thiès ont toujours réclamé une correction de toutes les incohérences territoriales constatées dans le découpage de 2008. En février dernier, au plus fort de la polémique autour de la suppression des villes, des voix s’étaient élevées pour demander un nouveau découpage de Thiès. Le conseiller départemental Abdoulaye Sow en faisait partie. Il relevait, en effet, que les quartiers des trois communes de la Ville de Thiès sont connectés à la commune de Fandène. Laquelle se trouve dans l’arrondissement de Keur Mousseu. En clair, du point de vue de l’homogénéité territoriale, rien ne lie ces deux localités. Ce qui requiert une nouvelle correction parce que Fandène est beaucoup plus liée aux deux arrondissements de la ville de Thiès. Il se trouve que la grande ville de Thiès et ses trois communes (Thiès-Est, Thiès-Nord et Thiès-Ouest) a atteint aujourd’hui presque les 500 mille habitants. Elle doit donc être élargie à Fandène d’autant que beaucoup de quartiers de cette commune sont presque immergés par Thiès. Il s’agit des quartiers péri-urbains de Keur Massamba Guèye, Keur Thièm, Touba-Peycouk, Keur Khaly… Certains ne s’expliquent pas que des ordures collectées dans la ville de Thiès soient reversées dans un dépotoir qui se trouve dans la commune de Fandène alors que cette dernière n’en tire aucun bénéfice, aucune taxe.

Pout et Keur Mousseu
Que dire de la commune de Pout ceinturée par Keur Mousseu ? Khombole n’est pas mieux lotie. Elle est, en effet, prise en étau par les nouvelles communes de Touba Toul, Ngoundiane, Thiénaba et Ndiéyène Sirakh qui l’encerclent et gèrent administrativement toutes les terres situées à la limite de ses dernières concessions. Donc le cas de cette commune qui étouffe sous le poids de sa charge démographique, du fait de l’inexistence d’une assiette foncière pouvant contenir toute sa population qui s’accroît de manière exponentielle doit être pris en considération dans ces correctifs administratifs envisagés par les autorités. Un éventuel redécoupage de Thiès qui prendra en compte les réalités sociales et démographiques de cette commune qui fait partie des plus vieilles du pays. La même correction devrait être apportée dans les autres collectivités de la région, notamment des communes du département de Mbour, Tivaouane ou encore Pire.
Le Quotidien

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here