CGLU Afrique a tenu ses réunions statutaires le 9 novembre 2019 à l’Hôtel Onomo à Durban, Afrique du Sud. Les réunions statutaires de CGLU Afrique ont inclus la 22ème session du Comité exécutif et la réunion du Conseil Panafricain. Ces réunions ont été organisées en prélude au Congrès Mondial de CGLU qui se tient du 11 au 15 novembre 2019 dans la même ville.

Les deux réunions ont été officiellement inaugurées par le général Mahmoud Shaarawy, Ministre du Développement local de l’Egypte, en présence du Général Khaled Abdel Aal, Gouverneur du Caire ; M. Léandre Nzué, Maire de Libreville (Gabon), Président de CGLU Afrique ; Rev. Mpho Moruakgomo, Président de BALA, (Botswana) ; Vice-président de CGLU Afrique pour l’Afrique australe, M. Mohamed Boudra, Président de l’AMPCC (Maroc), Vice-président de CGLU Afrique pour la région Afrique du Nord ; Mme Soham El Wardini, Maire de Dakar (Sénégal), Vice-présidente de CGLU Afrique pour la région Afrique de l’Ouest ; M. Uwimana Innocent, Président de RALGA (Rwanda), Vice-président de CGLU Afrique pour la région Afrique de l’Est ; Mme Fatna El-Khiel, Vice-présidente de REFELA pour la région de l’Afrique du Nord et M.  Jean Pierre Elong Mbassi, Secrétaire général de CGLU Afrique.

Le Ministre, le général Mahmoud Shaarawy, et le Gouverneur du Caire, le général Khaled Abdel Aal, ont assuré aux membres du Comité exécutif que le bureau régional de CGLU Afrique en cours de mise en place au Caire pour la région Afrique du Nord, serait achevé à la fin de l’année. Les deux responsables ont également invité les membres de CGLU Afrique à participer à la deuxième édition de la conférence «Villes africaines: Moteurs du développement durable » qui se tiendra en juin 2020 au Caire.

Les membres du Comité exécutif et du Conseil panafricain ont discuté de la participation au Congrès de CGLU où l’Afrique est en compétition pour le poste de président de CGLU pour la période 2019-2022. Le candidat pour l’Afrique est M. Mohamed Boudra, Maire d’Al Hoceima au Maroc, Président de l’Association Marocaine des Conseils Communaux (AMPCC) et Vice-président de CGLU Afrique pour la région Afrique du Nord.

Tous les membres du Conseil panafricain ont réaffirmé leur soutien total à M. Mohamed Boudra, unique candidat pour l’Afrique. Le Président de CGLU Afrique et la Vice-présidente de REFELA ont appelé tous les maires africains à mobiliser les maires des villes jumelles d’autres continents afin qu’ils votent pour l’Afrique en soutenant la candidature du Dr. Boudra.

 » En Afrique, les femmes élisent les hommes. Notre candidat africain sera élu. Nous sommes engagées et toutes les voix africaines lui appartiennent. Nous plaiderons auprès des autres électeurs pour qu’ils votent pour M. Boudra « , a déclaré Mme Soham El Wardini, Maire de Dakar (Sénégal), Vice-présidente de CGLU Afrique pour la région Afrique de l’Ouest

Les délégués de CGLU Afrique sont déjà pleinement engagés dans la campagne en vue d’une victoire finale. Le premier tour des élections est prévue le soir du 14 novembre 2019 lors de l’Assemblée mondiale des gouvernements locaux et régionaux. Le second tour aura lieu le 15 novembre 2019.

Les membres présents à la réunion du Conseil Panafricain ont également soulevé les points suivants :

Libération de Khalifa Sall

Les dirigeants de CGLU Afrique se félicitent de la libération de M. Khalifa Ababacar Sall, ancien Maire de Dakar et ancien président de l’organisation. Au cours de ses deux années d’incarcération, le soutien des gouvernements locaux africains fut inébranlable. Le 17 avril 2018 à Libreville, une mention spécifique du soutien du au dirigeant de CGLU Afrique fut publiée dans la Déclaration de la rencontre Stratégique Régionale de CGLU Afrique pour la région de l’Afrique centrale. 

Motion de soutien au Maire de Bamako

Les membres du Conseil panafricain ont été informés de la situation du Maire de Bamako (Mali), Adama Sangaré, qui a été arrêté et placé sous mandat d’arrêt. Il a été convenu de rédiger une motion de soutien au Maire Sangaré et de prévoir qu’une délégation de CGLU Afrique réalise une visite de courtoisie.

Déclaration de solidarité avec le mouvement municipal du Burkina Faso et avec les autres pays confrontés à des attaques terroristes

Les dirigeants des gouvernements locaux africains ont également décidé de produire une déclaration condamnant les attaques terroristes perpétrées au Burkina Faso et dans d’autres pays africains tels que le Cameroun. Ces attaques ont entraîné la mort de nombreuses personnes, dont plusieurs Maires.

Il a également été souligné que le prochain sommet Africités se tiendrait dans la ville de Kisumu au Kenya du 16 au 23 novembre 2021. Le thème de cette édition sera «Le rôle des villes intermédiaires dans le développement de l’Afrique».

Le Secrétaire Général de CGLU Afrique a fourni un rapport d’activités comprenant le Réseau des femmes élues (REFELA), la Migration, les Jeunes Dirigeants Locaux, les Capitales africaines de la culture, l’Agence Afrique territoriale, la Task Force climat, le Coaching territorial, et ALGA.

Un point sur les différentes campagnes du REFELA a été fait : la campagne pour les Villes africaines sans enfants des rues a enregistré 60 villes signataires, la Campagne « Villes Africaines à Tolérance zéro face aux violences faites aux femmes et aux filles, avec 22 villes inscrites, et enfin la Campagne des Villes africaines pour l’Émancipation économique de la Femme.  

« REFELA souhaite que cette campagne pour des villes africaines sans enfants de la rue devienne une campagne mondiale. Rappelons-nous le message du Roi du Maroc lors du sommet Africités 2018, c’est une question de dignité si nous n’avons pas honte d’avoir des enfants qui dorment dans la rue« , a déclaré Jean Pierre Elong Mbassi, Secrétaire Général de CGLU Afrique.

La migration a également été abordé en tant que question clé du développement en Afrique. Considérant le fait que les Africains se déplacent principalement à l’intérieur du continent, les participants à la réunion ont lancé invité les Autorités Locales à augmenter le nombre de villes signataires de la Charte des collectivités territoriales d’Afrique sur la Migration. Seules 30 villes ont signé cette Charte depuis son adoption lors de la 8ème édition du sommet Africités à Marrakech en novembre 2018, pourtant chaque grande ville d’Afrique doit faire face à l’impact croissant de la croissance de la population urbaine à travers la migration économique. 

Deux réunions étaient prévues le 11 novembre au Sommet mondial des dirigeants locaux et régionaux. La première concerne les jeunes dirigeants africains et la campagne visant à créer un réseau africain de jeunes élus. La deuxième réunion est celle de l’Agence Afrique Territoriale qui vise à mettre en place un véhicule financier permettant aux autorités locales d’avoir accès aux marchés financiers.

ALGA a organisé la troisième édition du FAMI (Forum africain des Gestionnaires de territoriaux et des Instituts de formation destinés aux collectivités locales). Plusieurs collèges ont déjà été établis et 169 fonctionnaires élus et personnels techniques de municipalités ont été formés, notamment en ce qui concerne: la localisation des Objectifs de développement durable (ODD), le coaching territorial, le capital humain au niveau local, la coopération décentralisée, et la gouvernance locale.

Depuis la décision d’approuver le programme des Capitales africaines de la culture, ce dernier a travaillé sur trois piliers: le renforcement du département, le plaidoyer aux niveaux local, national, continental et international et la finalisation des activités du programme pluriannuel qui verra la ville de Marrakech se voir attribuer le titre de Capitale Africaine de la Culture pour la période 2020-2021 

Le Coaching territorial s’étendra désormais à toutes les provinces de l’Oriental et de la région de Beni Mellal au Maroc, et fera une percée sur la scène internationale, autour de la coopération Sud-Sud menée par la Région de l’Oriental et le gouvernement du Maroc. Cela s’est traduit par la création d’un centre de Coaching territorial à Dakar et à Kaolack au Sénégal, et des demandes d’intervention dans la région de la Boucle du Nohoum au Burkina Faso, à San Pedro en Côte d’Ivoire, et dans la ville de Douala au Cameroun.

Sur la question du Climat, après un plaidoyer et des négociations prolongées, CGLU Afrique fait désormais partie de l’écosystème des changements climatiques au niveau africain et mondial. CGLU Afrique a suggéré une innovation pour améliorer le processus en cours de révision des Contributions définies au niveau national (CDN) dans le cadre de l’Accord de Paris, à savoir l’adoption d’une approche ascendante basée sur des Conditions Déterminées localement (CDL), à la suite d’un dialogue structuré entre les niveaux de gouvernement national et territorial. Cette approche a été jugée suffisamment innovante pour être présentée à la Conférence des Nations Unies sur le climat, convoquée par le Secrétaire général en septembre 2019 à New York. 

CGLUA


Warning: A non-numeric value encountered in /home/www/senterritoires.com/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here