Pour combler les insuffisances et failles de son état-civil, la Côte d’Ivoire s’est dotée en 2018 d’une nouvelle loi (N°2018 du 19 novembre 2018) qui apporte des aménagements majeurs au texte suranné de 1964.

Cette nouvelle réglementation, dont les objectifs sont de corriger le faible taux de déclaration des naissances et des décès à l’état-civil, a été mise en œuvre dans des zones pilotes dès sa promulgation avec l’appui du Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (Unicef). Cette phase expérimentale a donné des résultats probants.

C’est donc dans sa volonté de promouvoir à l’échelle nationale les nouveaux mécanismes d’enregistrement des naissances et des décès dans les délais de la loi de 2018 relative à l’état-civil que la direction générale de la Décentralisation et du Développement local du ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation (Matd) a organisé, jeudi, à l’hôtel Radisson Blu en zone aéroportuaire à Port-Bouët, un atelier de renforcement des capacités des maires.

Près de 200 élus municipaux, en leur qualité d’officiers d’état-civil, se sont imprégnés des nouveaux textes sur la réforme de l’état-civil en Côte d’Ivoire. Ils ont été instruits sur leur fonctionnement par des experts de l’Administration du territoire, de la Justice, de la Santé, de l’Oneci et de l’Unicef.

Dans son discours d’ouverture de la rencontre, l’inspecteur général de la Décentralisation et du Développement local, Luc Houndjé, a, au nom du ministre Sidiki Diakité, fait savoir aux participants que la mise en œuvre des nouveaux mécanismes d’enregistrement des faits d’état-civil par l’ensemble des services publics concernés est un tournant décisif dans l’amélioration qualitative et la compétitivité de la gouvernance administrative.

« Le présent atelier fait suite à la troisième Journée africaine de l’état-civil célébrée le 10 août autour du thème : ‘‘Enregistrement des faits d’état-civil et statistique d’état-civil : un service essentiel pour surveiller et atténuer l’impact des situations d’urgence (…). C’est ici le lieu de rappeler et d’insister sur votre responsabilité dans la réussite de l’opérationnalisation des mécanismes sus-indiqués », a dit Luc Houndjé au élus locaux.

Le ministre des Sports, Paulin Claude Danho, maire de la commune d’Attécoubé et président de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (Uvicoci), a marqué l’engagement de ses pairs pour une mise en œuvre efficiente de la nouvelle loi relative à l’état-civil, dont les enjeux sont de garantir une identité et un identifiant unique à chaque enfant né en Côte d’Ivoire.

Sophie Léonard, représentante adjointe de l’Unicef en Côte d’Ivoire, a, appelé à la mobilisation autour de la réforme majeure d’enregistrement des naissances. Elle a souhaité que la Côte d’Ivoire soit au rendez-vous de l’universalité des déclarations des naissances à l’horizon 2030 .

fratmat.info


Warning: A non-numeric value encountered in /home/www/senterritoires.com/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here