Les activités du plan d’aménagement de la forêt de Sangakho, dans la commune de Toubacouta, ont démarré avec l’installation d’exploitants forestiers encadrés par le Service régional des Eaux et Forêts de Fatick.

Le département de Foundiougne, où l’on retrouve les dernières formations forestières au centre du pays, s’est engagé dans la protection et la sauvegarde des ressources naturelles. Un combat de tous les jours contre la coupe illégale de bois et contre des exploitants forestiers que rien n’arrête dans leurs entreprises funestes. Face à ce péril qui menace ce paysage de mangrove, autorités politiques, techniciens et représentants des populations prônent une gestion durable de leur environnement. D’ailleurs, les concertations sont à la base du plan d’aménagement de la forêt classée de Sangakho. Un système de cogestion entre l’Etat et les populations riveraines ayant pour objectif de permettre une exploitation rationnelle de la ressource tout en assurant sa pérennité.

« Dans le cadre d’un plan d’aménagement, il ne s’agit pas de déclasser la forêt, mais de permettre, dans un processus participatif, une exploitation rationnelle assurant un équilibre entre la satisfaction des besoins des populations riveraines et les exigences de pérennisation de la ressource dans une démarche participative », a expliqué le colonel Abdourahmane Diagne, chef de secteur des Eaux et Forêts de la région de Fatick.

Pour le technicien qui a présidé la cérémonie d’installation des premiers exploitants forestiers sur le site, ce système de planification a l’avantage de responsabiliser les populations à travers les Comités inter villageois (Civ) dans la défense de l’environnement. Il a rappelé que le classement de cette forêt à la sortie nord de la commune de Toubacouta daterait de 1932. « Au départ, pour les colons, il s’agissait d’une mesure de protection d’un singe (Colombe B) qui n’existerait que dans cette zone du département de Foundiougne. Mais aujourd’hui, avec la pression démographique, la prise en compte des besoins des populations riveraines s’impose. Il nous faut concilier les impératifs de sauvegarde de la ressource et les droits des riverains à tirer profit des richesses que leur offre la nature », a poursuivi le technicien qui a salué l’action de l’association « Nébéday » dans la zone. Jean Goepp et ses équipes ont, en effet, initié le plan d’aménagement avec les Civ de la commune. « Ce système instaure une cogestion de la ressource entre les autorités administratives, les élus locaux et les populations. Il permet à ces dernières d’assurer un suivi sur les prélèvements et les actions de reboisement exigées en contrepartie. Nous avons requis les services de consultants pour l’élaboration du plan d’aménagement ainsi que des techniciens des Eaux et Forêts pour les charbonniers formés sur la meule casamançaise, moins consommatrice de bois », a, pour sa part, souligné le coordonnateur de cette structure engagée dans la protection de la nature et implantée au cœur du Delta du Saloum.

Pour rappel, Sangakho est la deuxième forêt classée à bénéficier d’un plan d’aménagement après celle de Djilor Saloum, dans le département de Foundiougne.

Le Soleil


Warning: A non-numeric value encountered in /home/www/senterritoires.com/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here