Spread the love

Tout d’abord, il faudrait comprendre la notion de participation, c’est-à-dire action de participer, action en commune. Autrement dit  s’impliquer, prendre part  être  présent  comme acteur.  Le citoyen a le droit donc  de voter  et doit  voter. C’est en ce moment que le citoyen  apporte  sa contribution majeure à la société. En dehors de cela, les citoyens peuvent  de façon   quotidienne  jouer un rôle   important  dans la société. Par exemple :-Adhérer  à une association, un syndicat  ou un parti politique; -Venir en aide aux autres  ou  influencer  la politique nationale. 

De même, l’attitude  individuelle  des citoyens  est importante     surtout  les comportements  de civisme : Politesse, Respect des  biens  publics  comme privés.En ce qui concerne le développement local  que  j’appelle  développement  économique  local, c’est un processus de transformation    qualitative induite par  la  croissance  des acteurs  économiques  innovante à l’initiative   Let sous  le contrôle  des acteurs  locaux.

Le Del suppose  la valorisation  de  nos ressources locales : humaines, naturelles  et immatérielles. Ici, les populations  restent les  dépositaires ou bien  les véritables acteurs comme disait Gandhi : « Tout ce que  tu fais  pour  moi  sans moi est contre   moi. »

En effet, j’estime que le citoyen  ou bien  un vrai  citoyen doit payer l’impôt, respecter    les lois et règlements, participer  au développement  de sa localité, être un acteur et non un téléspectateur, bref cette notion de participation citoyenne  assure  une meilleure compréhension    des besoins et aspirations  des communautés. Elle stimule  et renforce le vivre  ensemble. Elle peut favoriser ou bloquer un changement dans les politiques   ou les services  et ce, faisant   améliorer  la qualité  de vie des citoyens. Ce qui fait dire à Dr Aliou  Niang Mbaye, expert en décentralisation, directeur de l’institut Africain de Développement local IADL à Thiès, que la participation citoyenne  joue un rôle   déterminant dans le bien être    des collectivités  territoriales. Elle   permet  à la population  de se renseigner  sur les enjeux  locaux  et d’agir sur eux.Et aujourd’hui les outils de partition sont nombreux :   Chers jeunes, intégrez les mouvements associatifs, votez, contribuez et allez vers l’information.

Longtemps un pays démocratique, le Sénégal à travers sa constitution a bien pris en compte cette notion de participation  des  citoyens  au processus de développement d’une  localité. En effet, l’article  102 de la Constitution du Sénégal dispose que : «  les collectivités territoriales  constituent le cadre institutionnel de la participation  des citoyens à la gestion des affaires publiques.

Mieux,  la loi n2013 10 du 28 décembre 2013, portant code général  des collectivités territoriales à son article 6, section 2  intitulée  participation  citoyenne dit que : «  Toute personne physique ou morale  peut faire au président    du conseil départemental et au  maire, toutes propositions    relatives à l’impulsion du développement économique et social  de la collectivité locale  concernée et à l’amélioration     du fonctionnement des institutions.

Il s’y ajoute: tout habitant  ou contribuable a le droit  de demander, à ses frais, communication de prendre   copie totale  ou partielle des  pièces   verbales du conseil   départemental  ou du conseil    municipal, des budgets  et des comptes, ainsi que des arrêtés   pris  par l’autorité locale ».En somme, la participation citoyenne  cherche  à mobiliser  la population  pour produire des résultats  durables, améliorer   l’équité  des décisions  et  insuffler profondeur   et confiance  dans les rapports  des organisations    gouvernementales  avec les communautés. Bref, la participation citoyenne implique que les  citoyens aient la possibilité d’exercer une influence réelle sur les décisions     et sur l’exécution  des projets  qui impactent leur vie. Par conséquent, il n’y a plus d’excuse    pour les citoyens de dire que nous ne sommes pas impliqués  ni  au courant, certes on doit les consulter avant tout, recueillir  leurs préoccupations  pour trouver la bonne solution  mais, n’empêche, elles  aussi doivent   connaitre leur droit et jouer pleinement leur rôle.

En effet, toutes les conditions sont réunies, les ASC sont là, les conseils consultatifs de quartier, le conseil communal, les associations  entre autres structures de développement. Donc, s’impliquer,  mais avec discipline, audace, motivation, engagement, courage,  détermination,  connaissance, vision, sérieux … Créer des cadres , organisez-vous, parlez-vous, participer, étudier, écouter, formez-vous, adhérer  aux structures, engagez-vous  pour davantage participer   au développement    de  nos localités  à travers des projets  de formation  de jeunes,  de développement  la promotion de  nos produits locaux, la création de richesses et investissement   dans la valorisation des potentialités   et ressources locales  . Ne laissez pas aux politiques de décider à vos places, prenez vos  responsabilités,  car vous êtes  les vrais acteurs, n’acceptez  pas de jouer les seconds rôles, engagez-vous d’abord dans vos   quartiers, communes et  pour le développement du Sénégal   de manière générale, c’est toujours possible.


Cheikh Tidiane Sarr , Journaliste  à la Radio Alfayda Kaolack, Etudiant en Master2 Développement  local et Gouvernance Territoriale à l’IADL, Membre du Cercle des Communicants en Décentralisation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here