Dans le cadre de la tenue, Sous le Haut Patronage de SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI –Que Dieu l’Assiste-, du Forum des Nations Unies sur la Fonction Publique du 21 au 23 Juin 2018 à Marrakech, Royaume du Maroc, le Comité Technique Spécialisé N°8 de l’Union Africaine sur la Fonction Publique, les Collectivités Locales, le Développement Urbain et la Décentralisation (CTS N°8), en partenariat et avec l’appui du Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies (UNDESA), du Ministère chargé de la Réforme de l’Administration et de la Fonction Publique du Royaume du Maroc, de l’Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) et de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) ainsi que de son Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA), organise un «Side Event» le 22 juin 2018 sur le thème : «Lutter contre la corruption et promouvoir l’intégrité et la transparence au niveau local en Afrique : le temps d’agir c’est maintenant !”, de 9h00 à 13h30, à la Palmeraie Golf Palace, Salle Arganier.

Le Forum qui marque la célébration de la Xème édition de la Journée Internationale de la Fonction Publique qui se commémore le 23 Juin de chaque année, aura pour thème : “Transformer la gouvernance pour la réalisation des objectifs de développement durable”. La rencontre permettra aux ministres et autres principaux preneurs de décisions de discuter de la façon dont les gouvernements, les institutions et les administrations publiques peuvent s’organiser et travailler au mieux et ensemble afin d’atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD). Le Forum se penchera aussi sur la façon dont les gouvernements et les institutions publiques peuvent être plus efficaces, inclusifs et responsables, conformément à l’engagement pris par la Communauté Internationale, notamment à travers l’Objectif de développement durable 16 «Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ».

Pour leur contribution au Forum, le CTS N°8 et CGLU Afrique ont choisie de se focaliser sur la cible 5 de l’ODD 16 : «Réduire nettement la corruption et la pratique des pots-de-vin sous toutes leurs formes ». La corruption est un phénomène qui touche tous les niveaux de gouvernance (international, national, régional et local) ainsi que tous les acteurs impliqués dans la dynamique du développement et de progrès, qu’il s’agisse des Etats, des gouvernements, des collectivités territoriales, du secteur privé ou des différentes composantes de la société civile. Au niveau des gouvernements régionaux et territoriaux africains, la corruption, érode la capacité des gouvernements territoriaux et des institutions traditionnelles à fournir efficacement des services, et décourage également le développement économique local. Les États membres de l’Union africaine (UA) ont dédié l’année 2018 à « La lutte contre la corruption» sous le thème «Vaincre la corruption : un chemin durable pour le Développement de l’Afrique».

Ainsi, le Side Event sur : «Lutter contre la corruption et promouvoir l’intégrité et la transparence au niveau local en Afrique : le temps d’agir c’est maintenant!” , aura comme objectif principal de définir les modalités d’une mise en œuvre locale au niveau des Collectivités Territoriales Africaines des différents instruments adoptés et engagements pris, tant au niveau mondial qu’au niveau africain, concernant la prévention et la lutte contre la corruption ainsi que la promotion de la transparence et de l’intégrité dans la Gouvernance des Territoires. Il s’agit notamment de la Convention des Nations Unies contre la Corruption (CNUCC), dite Convention Mérida, de l’Agenda du Développement durable, du Nouvel Agenda Urbain, de l’Agenda du Climat, du Cadre de Sendaï pour la réduction des risques de catastrophes, de l’Agenda d’Addis-Abeba sur le financement du développement, de l’Agenda 2063, de la Convention africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption, de la Charte africaine sur le Service Public et de la Charte Africaine sur les Valeurs et Principes de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale et du Développement Local, adoptée en 2014 à Maputo, qui est inspirée par une série de valeurs fondamentales, dont l’intégrité, la transparence et l’obligation de rendre compte.
Les objectifs spécifiques de la rencontre sont :
– Echanger sur la problématique de la corruption, de la transparence et de l’intégrité au niveau local et son lien avec la mise en œuvre des ODD ;
– Sensibiliser les élus locaux, les élues locales et les managers territoriaux sur l’impact et les effets néfastes de la corruption sur le développement durable ;
– Discuter des expériences et des pratiques mises en œuvre dans les différentes régions du monde, pour prévenir et faire face à la corruption, et pour ancrer l’intégrité et la transparence dans les institutions publiques, particulièrement au niveau local ;
– Identifier des actions concrètes et des outils pertinents et durables à mettre en place au niveau local pour combattre la corruption et ancrer la transparence et l’intégrité dans le processus de la Décentralisation et de la Fonction Publique en Afrique ;
– Inscrire l’action du CTS N° 8 dans la nouvelle dynamique enclenchée par l’Union Africaine en matière de lutte contre la corruption.

Par ailleurs, au cours du Forum, CGLU Afrique et son Académie Africaine des collectivités Territoriales (ALGA) participeront aussi à l’Atelier du Département des Affaires Économiques et Sociales des Nations Unies (UNDESA) sur : « La Gouvernance pour localiser les Objectifs de développement durable ». Cet Atelier mettra l’accent sur l’ODD 11 : « Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables ». Il faut rappeler que le rôle des gouvernements locaux et régionaux est essentiel à l’atteinte des ODD, dont 65% de leur mise en œuvre relève du niveau local, étant donné leur proximité et leur compréhension des défis auxquels leurs communautés et populations sont confrontées. Les gouvernements locaux sont dans une position unique pour engager tous les acteurs et toutes les parties prenantes dans la conception de politiques et de stratégies en matière de développement. Ils sont également bien placés pour identifier les besoins urgents, les priorités et les lacunes afin d’améliorer la prestation des services publics. Les actions les plus visibles et les plus concrètes devront être prises donc au niveau local.


Warning: A non-numeric value encountered in /home/www/senterritoires.com/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here