Initié par le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf, le projet du nouveau découpage administratif du territoire national vise à concrétiser la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation national issu du processus d’Alger. Les avant-projets de textes relatifs à la réorganisation du territoire malien seront soumis, selon le Ministre Mohamed Ag Erlaf, à l’examen des conférences régionales prévues pour la semaine du 6 au 10 novembre prochain, au niveau des chefs-lieux de Régions.

Il faut noter que lesdites conférences auront pour objectifs de prendre en compte les avis et les suggestions des populations locales et de proposer, à une instance nationale de validation de la réorganisation territoriale, un projet fondé sur les réalités socioculturelles et économiques de chaque Région permettant de faire face aux défis sécuritaires et de promouvoir un développement local équilibré.

Dans le Communiqué du Conseil des Ministres, le Ministre Mohamed Ag Erlaf a expliqué que les exigences liées au développement local en mode décentralisé et la crise multidimensionnelle de 2012 ont montré ses limites dans l’organisation actuelle du territoire national. Cela, vu l’étendue de certaines Régions et la non-effectivité de la création et de l’organisation des services publics.

Par ce nouveau projet de découpage administratif, il est attendu de répondre à certaines difficultés d’éloignement des localités pour les Représentants de l’Etat et qu’ils puissent assurer leurs missions de contrôle dans leur ressort territorial.

Aussi, il s’agissait de remédier à l’augmentation et la complexité des questions politiques, économiques et sociales et les difficultés de conception de schémas opérationnels d’aménagement du territoire.

A en croire le Ministre Erlaf, les conférences régionales regrouperont les Représentants de l’Etat, des associations et organisations de la société civile, des partis politiques, des collectivités territoriales, des chefferies traditionnelles, des chefs religieux et des mouvements signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

En clair, l’organisation de ces conférences régionales pour débattre du découpage administratif à la base pour privilégier le consensus sur le choix des cercles et communes est une décision salutaire. Elle est la solution idoine pour renforcer la cohésion sociale et éviter tout désagrément inutile.


Warning: A non-numeric value encountered in /home/www/senterritoires.com/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here