Spread the love
Les événements survenus le 5 mars dernier à Madina Wandifa et émaillés de violences resteront longtemps gravés dans la mémoire collective des habitants de cette cité du Nord de Sédhiou. La destruction, par voie d’incendie, du centre d’état civil est le sinistre le plus affligeant. Le député maire Malang Sény Faty invoque une cabale politique de gens « bien identifiés » en quête de son fauteuil depuis plus de dix ans et qui, selon lui, ont manipulé les élèves pour arriver à leurs fins. Hier, dimanche, et en présence du maire de Sédhiou Abdoulaye Diop, ministre de la Culture et de la communication, il a initié une journée de sensibilisation pour inviter à la sérénité tout en rappelant que plus jamais de pareils actes ne resteront sans réactions immédiates contre les pyromanes.
 
A l’appel du député-maire de Madina Wandifa Malang Sény Faty, plusieurs élus locaux du département de Bounkiling, militants, sympathisants et simples citoyens se sont rassemblés dimanche à la place publique pour apprécier les émeutes qui y ont éclaté le 5 mars dernier, à l’image de plusieurs villes du Sénégal. Ici, la mairie et le centre d’Etat civil sont incendiés tout comme le domicile du maire et de son père ainsi que son école privée et des autobus de la mairie saccagés entre autres dégâts.

Au sujet de l’Etat civil abîmé, le maire Malang Sény Faty tient à préciser ce qui suit : « nous avons organisé cette journée d’échange autour des questions urgentes de notre ville suite aux émeutes du 5 mars dernier. L’Etat civil de notre commune est complétement incendié. Il faut que d’abord les populations comprennent que la faute incombe à ceux qui l’ont détruit. Mes enfants à moi et de bien d’autres milliers de citoyens innocents sont victimes de ces actes barbares de vandalisme et de haine. Le ministre en charge des collectivités territoriales a certes promis de reconstituer ces centres d’Etat civil abîmés mais quand est-ce que cela sera fait et que faire d’ici là ?», se demande-t-il.

L’édile de Madina Wandifa ajoute que le mal est assez profond : « imaginez ces honnêtes citoyens dans le besoin de disposer de pièces d’Etat civil, résidant ici ou à l’étranger et qui hélas ne pourront pas en avoir alors que des examens, concours et autres formalités administratives attendent. C’est grave, c’est criminel. Ce sont vraiment des gens sans cœur ni foi qui peuvent ainsi agir  » relève-t-il, les larmes aux yeux surtout quand il évoque l’incendie du domicile de son père.

LES PYROMANES IDENTIFIES, SELON LE DEPUTE MAIRE

Malang Sény Faty dit avoir bien identifié les auteurs du sinistre autres que les élèves et les militants du Pastef  : «  effectivement, nous savons tous que les élèves ont été manipulés par des gens tapis dans l’ombre. Les organisateurs de la marche de ce jour-là, membres du PASTEF, n’y sont pour rien mais ce sont des fils d’ici appartenant à un soi-disant collectif pour la défense ou des intérêts qui sont là surtout pour la destruction de Madina Wandifa qui sont les auteurs de ces actes criminels. Nous avons des preuves avec des vidéos qui illustrent tout cela ». Invité d’honneur de cette journée de sensibilisation, le maire de Sédhiou Abdoulaye Diop ministre de la Culture et de la communication s’est amplement exprimé en langue locale pour inviter les populations à la sérénité, à la clairvoyance et au raffermissement des relations sociales  : «de 2012 à maintenant, la transformation structurelle qui a eu lieu dans notre région de Sédhiou est sans précédent depuis l’indépendance. On ne peut pas prétendre aimer sa ville et poser des actes allant dans le sens de sa destruction. Il faut que cela s’arrête.

Des enquêtes sont faites dans ce sens et l’- heure est arrivée que les populations de Madina Wandifa dépassent ces clivages et s’orientent vers l’émergence. Les défis d’un vrai citoyen, c’est de s’engager dans les véritables mécanismes de développement pour améliorer son vécu et celui des autres ».

Au-delà de cette action de sensibilisation, le député maire de Madina Wandifa Malang Sény Faty et tous les orateurs, religieux comme responsables de mouvement de jeunes et de femmes ont souligné que de tels actes de sauraient plus être tolérés au risque de s’exposer à de lourdes sanctions. En marge de cette journée de sensibilisation, le maire de la commune de Madina Wandifa a posé à nouveau la lancinante question de l’accès périlleux à l’eau, problème qui a survécu ici depuis la création de ce village en 1960 : « je tiens d’abord à remercier le chef de l’Etat Macky Sall pour la diligence dans la construction de notre château d’eau mais je tiens à attirer son attention que les travaux ne sont pas ce qui est vraiment souhaité. La taille de la ville dépasse de loin la capacité de cet ouvrage. Nous avons soif et les femmes enceintes perdent la vie ou accouchent des mort-nés du fait de la corvée de l’eau, c’est triste en ma qualité de député et pas faute de l’avoir posé à chaque fois que de besoin », se désole l’édile de Madina Wandifa.

Un projet d’appui à l’insertion des jeunes lancé à Sédhiou

Le Projet d’appui à l’insertion des jeunes ruraux a été officiellement lancé à Sédhiou lors d’une réunion de partage d’information sur ses objectifs, a constaté l’APS. Autorités administratives, populations concernées et acteurs du projet ont notamment échangé sur l’importance de ce projet dénommé également Agri-Jeunes +Tekki Nadwni+ Il s’agit d’un projet destiné à créer des revenus et des emplois décents et durables dans les filières de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche grâce au développement de l’entrepreneuriat, a-t-on appris lors de son lancement.

Sud Quotidien

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here