Dans ce contexte de mise en œuvre de l’acte 3 de la décentralisation, les collectivités territoriales doivent disposer des ressources compétentes, des experts, à l’image de l’Etat central, pour assurer leur propre développement. C’est l’avis du Président de l’association Asadic Taataan, Oumar Wade. Des propos qu’il a tenus à l’occasion de la session d’information sur le Projet Jeune développeur territorial (JDET) organisée jeudi 24 octobre au Conseil départemental de Kolda. Une initiative de l’association ASADIC TAATAAN pour faire face au déficit de ressources humaines qualifiées auquel font face les collectivités territoriales.

Selon lui, dans le cadre de l’acte 3 de la décentralisation, il est attendu des collectivités territoriales viables et porteuses de développement. Pour M. Wade, la viabilité des territoires fait forcément appelle à la question économique. Mais le constat est que  les collectivités manquent de professionnels pour prendre en charge cette question du développement économique.  C’est pourquoi Asadic TAATAAN pense apporter une contribution en dehors des élus qui ont une vision mais qui  n’ont pas toujours les compétences requises pour mener une ingénierie territoriale dans leur commune.

l’objectif de cette rencontre était de présenter aux participants aux jeunes diplômés de la région de Kolda les métiers du développement économique territorial afin de leur permettre d’avoir une meilleure lisibilité sur leurs parcours d’insertion professionnelle a rappelé M. Wade. Ainsi, 12 métiers qui répondent au besoin des collectivités territoriales ont été identifiés et à l’issue de cette session, les jeunes sélectionnés seront inscrits dans des parcours d’insertion professionnelle après une immersion dans les communes partenaires.

Cette activité est organisée dans un contexte où la situation du chômage des jeunes diplômés reste préoccupante malgré la mise en place de nombreux programmes actifs d’emploi et d’aide à l’insertion.

Selon le Secrétaire général du Conseil départemental, Moussa Boiro, ce programme va surement contribuer à la lutte contre le chômage chez les jeunes et permettre aux collectivités territoriales de se mettre sur les rails du développement. Ce projet entre en droite ligne avec les objectif d’émergence du Sénégal en partant des territoires a indiqué M. Boiro. Pour lui « outiller les jeunes sur l’offre de travail qui se trouve dans leurs territoires, c’est leur donner une perspective de se développer et de développer leurs communes ».

Les jeunes diplômés de la région, issus des grandes universités, se sont fortement mobilisés pour participer à cette activité. La plupart d’entre eux sont aujourd’hui à la recherche de leur premier emploi. Ainsi, ils sont largement revenus, dans les débats sur l’importance de ce projet, qui va leur permettre d’avoir un métier mais également de participer au développement de leurs territoires. Maimouna kandé, étudiante à l’UGB et stagiaire au forum civil de kolda pense que ce projet vient ainsi à son heure. Car il permettra à ces nombreux jeunes désemparés et désespérés d’avoir une qualification professionnelle et trouver du travail dans leur propre commune. Elle salue l’initiative mais appelle Taataan à aller jusqu’au bout de sa logique et ne pas faire comme les autres programmes qui sont souvent sans suite.

Pour rappel, cette rencontre est la deuxième session après celle de Dakar. Rencontre organisée L’association ASADIC-Taataan, en collaboration avec le programme Migration pour le Développement de la GIZ. Cette rencontre s’est également tenu en présence du Directeur de l’Agence régional de développement et des maires de Patta, Médina Yoro Foulah, kolda …


Warning: A non-numeric value encountered in /home/www/senterritoires.com/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here