Spread the love

La région dispose de potentialités agricoles avec une polyculture composée du manioc, du niébé et l’arachide témoignant du dynamisme du secteur primaire.La région de Thiès est également la première région productrice de produits horticoles et de volaille du Sénégal. Ses façades maritimes que sont le littoral nord et le littoral sud font qu’elle abrite les plus grands centres de pêche du Sénégal que sont Kayar, Joal et Mbour.

Le secteur secondaire qui est un pan important de l’économie de la région est porté par les sous-secteurs des mines et des BTP. La région abrite des industries extractives qui sont dans l’exploitation des phosphates, du zircon et des minerais de calcaires et deux usines de production de ciment.Le tourisme constitue également un secteur dynamique et très porteur pour l’économie régionale, dont le développement est facilité par l’existence d’énormes potentialités dont les conditions climatiques favorables de sa zone côtière.

La région abrite la première station touristique Sally Portudal, avec de bonnes capacités d’hébergement dont le taux de fréquentation est positivement influencé par la proximité de l’Aéroport International Blaise Diagne de Diass.A cela s’ajoute un fort dynamisme économique avec la zone économique spéciale intégrée (ZESI), la plateforme de Sandiara, notamment.Toutefois, pour impulser son développement économique, Thiès doit surmonter un ensemble de contraintes qui s’interposent à son décollage notamment la surexploitation des ressources halieutiques qui peut conduire à la disparition de certaines espèces, la sous-valorisation des produits agricoles, la baisse de fertilité des sols, l’insuffisance des infrastructures de transformation et de conservation, la faible productivité et le manque de compétitivité des filières animales, le sous équipement des artisans et les difficultés d’accès aux financements des acteurs économiques.Face à ces contraintes, les perspectives de développement de la région de Thiès identifiées dans le PNADT, s’appuient sur les atouts économiques, notamment, le développement de l’horticulture et de l’agrobusiness, le soutien à la pêche et à l’aviculture, la mise en place d’industries agro-alimentaires, la mise en œuvre de projets de développement du tourisme, le soutien à l’artisanat, l’articulation de l’exploitation des phosphates au développement de l’agriculture.Dans la hiérarchie fonctionnelle des établissements humains du PNADT, la région de Thiès connaîtra une forte métropolisation avec l’érection des villes de Thiès et de Mbour en métropole d’équilibre et Tivaouane en métropole régionale.

La ville de Mbour va constituer une aire métropolitaine avec Malicounda, Sindia, Somone, Saly, Ngaparou et Nguékhokh.Ces métropoles vont s’interconnecter avec un réseau de villes secondaires stratégiques promues en centres de services agricoles à dominante horticole (Pout et Tassette), centre halio-industriel (Kayar), centre de services avicoles (Bayakh), centres commerciaux structurants (Touba-Toul – Khombole – Ngoundiane, Pékesse), centres d’excellence artisanale (Lalane et Mékhé), centre agro-industriel structurant (Notto Gouye Diama), centre de services agricoles à dominante cultures sous pluie (Pire Gourey), centre industriel et minier (Taïba/Mboro), centre touristique (Taïba Ndiassane), centre halio-industriel et touristique (Joal-Fadiouth), centres touristiques (tourisme balnéaire avec Pointe Sarène et tourisme religieux avec Popenguine), pôle aéroportuaire (Diass) et pôle portuaire (Ndayane).

Source : ANAT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here